La rubrique « activités extraprofessionnelles », grand classique du CV, donne au recruteur un premier aperçu de vos valeurs et de votre personnalité. C’est donc un élément à soigner, pour faire passer les bons messages.

  • Favorisez la qualité à la quantité. Ne mentionnez que les activités en cours ou récentes (pas la peine d’épiloguer sur vos cours de piano il y a 10 ans).
  • Ne mentionnez que les hobbies qui apportent une vraie valeur ajoutée pour le poste visé : compétence, soft-skills développés grâce à cette activité, point commun avec le recruteur, etc. Citez ces éléments de différenciation, voyez vos hobbies comme des preuves de vos soft-skills.
  • Attention à ce que vos loisirs disent de vous. Les « sauts de puce » par exemple font peur aux recruteurs. Vos activités sont aussi gage de votre capacité à vous engager de manière pérenne.
  • Evitez de citer les hobbies qui peuvent vous jouer des tours et engendrer des préjugés : activités politiques ou religieuses, jeux d’argent ou de cartes, sports dangereux, etc.
  • Ne mentez pas, n’en rajoutez pas : il faut que vous sachiez répondre si le recruteur face à vous est un passionné de la discipline mentionnée !

Vos passions vous appartiennent, rien ne vous oblige à les mentionner sur votre CV. Si vous le faites, il faut que vous soyez à l’aise pour en parler en entretien !