Regards de Laurent Glandut, DG France de Synlab Analytics & Services.

«  Le monde vit actuellement une situation sans précédent qui va vraisemblablement bouleverser la vie des entreprises et leur façon d’adresser les problématiques de notre époque. Tout comme le réchauffement climatique, la gestion des risques liés aux virus dépasse les frontières ainsi que le champ d’action de nos institutions.

Il est trop tôt pour faire un quelconque bilan, cependant la gestion de cette crise nous met tous face à la nécessité d’appréhender de façon globale les risques qui affectent notre santé, notre environnement et notre alimentation.

Les entreprises du secteur du Testing Inspection and Certification interviennent dans le monde pour garantir la sécurité et la protection de la santé de tous. Elles opèrent cependant encore largement en appliquant des référentiels locaux. Les déclinaisons nationales des réglementations européennes mènent parfois à des différences de critères au sein même des pays membres. Les seuils réglementaires d’émission de certains polluants peuvent être très différents d’un pays à un autre. La liste même des polluants contrôlés et des produits réglementés diffère d’un Etat à un autre. De la même façon les référentiels de qualité utilisés dans l’industrie agroalimentaire proviennent souvent de l’évaluation de l’industriel lui-même ou encore de sa branche d’activité.

La globalisation de l’économie nécessite plus que jamais une globalisation des référentiels de qualité de santé et d’environnement. La réglementation est un dispositif essentiel qui manque aujourd’hui au niveau mondial, on peut imaginer l’émergence de nouvelles institutions internationales ou encore la transformation des institutions existantes. Le changement de comportement des consommateurs semble être actuellement le levier encore plus puissant. Le changement des comportements de consommation a déjà bousculé le secteur de la distribution en France avec l’augmentation du désir de réduire la consommation de viande, de consommer des produits locaux, écologiques ou encore issus d’une économie équitable.

Ce contexte semble ouvrir de nouvelles perspectives aux sociétés du secteur du Testing Inspection et Certification ainsi qu’aux organismes de labélisation. Heureusement, elles disposent pour cela d’une quantité de données dont la valeur semble plus que jamais inestimable. Le plus grand danger auquel elles sont par conséquent exposées est de voir les GAFA se les approprier comme elles se sont approprié nos données personnelles en quelques années.

Les futurs challenges des entreprises du secteur des TIC pourront résider dans leur capacité à se réinventer en créant des référentiels internationaux, mutualisant leurs données mais aussi en globalisant leurs compétences dans les secteurs de l’agroalimentaire, l’industrie, la construction, l’environnement, l’hygiène, la santé et l’énergie

Cette crise est une formidable opportunité pour l’emploi : nouveaux référentiels à créer, nouveaux postes.

Passer le creux de la vague,  2021 sera sans aucun doute une fabuleuse opportunité de nouveaux projets et de croissance durable et responsable ».