Dans le contexte actuel de transition écologique et de crise sanitaire, les entreprises des filières alimentaires font face à la complexité de plus en plus grande pour attirer, recruter et fidéliser les talents, en particulier les plus jeunes.
Face à cette « Guerre des talents », les entreprises ne doivent pas hésiter à changer leurs modes de communication en mettant en avant la « Marque employeur » : la démarche consiste à s’exprimer en tant qu’employeur vers ses publics internes mais aussi externes.
L’importance de l’image de l’entreprise aux yeux des collaborateurs et futurs collaborateurs est primordiale. L’épanouissement d’un employé ne dépend plus uniquement des tâches qui lui sont attribuées, mais également de l’ambiance et l’entente avec ses dirigeants et collègues, de son adhésion aux valeurs de l’entreprise.
L’expérience collaborateur doit rester cohérente, à l’âge des réseaux sociaux, la parole se libère et les salariés mécontents peuvent abîmer une marque.
Par ailleurs, aucun recrutement ne s’effectue aujourd’hui sans que des candidats ne se renseignent sur l’entreprise et son mode de fonctionnement de l’entreprise, ne consultent les avis laissés par les candidats et les collaborateurs.
Le secret de l’attractivité est d’adopter une communication de la preuve qui se distingue de la concurrence tout en restant en accord avec l’environnement interne.
Puis il faut gérer cette communication en restant très vigilant, traiter les buzz, animer et modérer les communautés pour fluidifier les échanges.
La marque employeur se présente ainsi comme une alternative permettant d’attirer, de fidéliser et de maintenir une visibilité sur ses talents.