Vous êtes en entretien, tout se passait bien jusqu’à présent. Soudain, la question redoutée « Parlez-moi de vos échecs » suscite en vous panique et sueurs froides. C’est pourtant par nos échecs que nous nous construisons… alors comment répondre ?

– Soyez transparent : vous risquez d’inquiéter le recruteur s’il sent une trop forte réticence à évoquer certains échecs ou si vous les minimisez volontairement. Plus vous êtes réticent et évasif, plus il cherchera à creuser.

– Ne vous dédouanez pas de vos responsabilités en justifiant vos échecs par la malchance ou les erreurs des autres. Certes, votre ancien patron ou la conjoncture économique ne vous ont pas fait de cadeaux. Mais pas besoin de vous étendre là-dessus : soyez acteur et non victime de votre parcours.

– Surveillez votre langage et votre non-verbal. Nous acceptons difficilement l’échec, et nos émotions nous jouent des tours. Soyez calme, surveillez les gestes parasites, adoptez un langage positif et factuel.

Par cette question, le recruteur souhaite comprendre la façon dont vous avez su rebondir dans la difficulté : soyez concis et parlez surtout de ce que vous avez tiré de ces expériences.