Combien de fois entendons-nous de la part de nos clients que la compétence de l’anglais est un requis fondamental, quel que soit le niveau de poste ? Au moins 2 offres de postes cadres sur 5 sont concernés : des clients internationaux à apprivoiser, des audits fournisseurs basés en dehors de nos frontières à réaliser, une maison-mère qui ne communique qu’en anglais, des documents techniques ou autre littérature qui ne comprennent que la langue de Shakespeare… Et pourtant, bon nombre de nos candidats se voient encore refuser l’accès à de belles opportunités pour niveau linguistique insuffisant.

Souvent passé au second rang dans notre système éducatif, la maitrise d’une langue étrangère apporte une véritable plus-value à votre profil, sans parler d’une deuxième voire troisième langue. Notre œil de recruteur aguerri a souvent remarqué que nos entreprises clientes exigent une véritable expertise spécifique dans la langue, par exemple la négociation, la conduite d’audits, la rédaction de documents techniques in English, please !

Si cette compétence peut souvent faire défaut en France, pas la peine non plus de se dévaloriser si l’on déplore son accent so frenchy… Pour beaucoup de postes, en effet, le vocabulaire adéquat prime sur la justesse de sa prononciation. Inutile également de surestimer son niveau, en écrivant sur son CV que l’on est fluent si l’on n’a juste des bases restantes du lycée.

Une chose est sûre, nous autres recruteurs, sommes sensibles à une estimation juste de son niveau linguistique et privilégions la manière suivante :

  • Courant exprime que c’est une langue de travail dans laquelle vous êtes parfaitement à l’aise
  • Lu, parlé, écrit signifie que vous disposez de connaissances globales solides, vous permettant de vous faire comprendre et de comprendre sans trop de difficulté
  • Moyen ou encore basique illustre des bases scolaires. Vous pouvez opter pour des tournures telles que « rapidement perfectible » !

Cette période où l’activité est ralentie peut être véritablement l’occasion de se prendre en main, et d’utiliser par exemple son Compte Personnel de Formation pour choisir une formation à distance, voire pour passer des tests afin d’évaluer son niveau (Toefl, Toeic et autres examens de la Chambre de commerce et de l’industrie). Si vous souhaitez commencer à apprendre une nouvelle langue, le russe, l’italien ou le portugais ont le vent en poupe ! 82% des personnes pratiquant le russe déclarent avoir obtenu des responsabilités grâce à leur maitrise, contre 70% pour le portugais et 60% pour l’italien (contre 37% pour l’anglais).

Alors il n’est peut-être pas trop tard ?